Regards d'artistes

Rencontre

Dans le cadre des rencontres du Centre de ressources Germaine Tillion.


Jeudi 14 février 2019

Rencontre avec Clarisse Rebotier, artiste et photographe, diplômée de l’École des Gobelins. 

Jeudi 14 mars 2019

Rencontre avec Julie Ramage, artiste plasticienne et vidéaste, autour de thématiques faisant écho à l’exposition temporaire "Tromelin, l'île des esclaves oubliés" telles que l’enfermement ou l’isolement.

15 h 

Durée: 1 h

Rencontres gratuites dans la limite des places disponibles.

À propos de l'intervention de Julie Ramage :

Ce workshop a été organisé dans le cadre des Ateliers Lettres pour l’oral et l’écrit (ALOÉ) de l’UFR Lettres, Arts, Cinéma et de la Section des Etudiants Empêchés de l’université Paris Diderot-Paris 7. Il a été produit grâce au soutien du Centre d’Études et de Recherches Interdisciplinaires en Lettres Arts Cinéma (CERILAC) de l’université Paris Diderot-Paris 7, du Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation des Yvelines, de la maison centrale de Poissy, de Bétonsalon – Centre d’art et de recherche, de la Fondation Daniel et Nina Carasso et de la Région Ile-de-France, dans le cadre du dispositif FoRTE. A cette occasion, un programme d’interventions et de recherche a été développé à la maison centrale de Poissy et à l’université Paris Diderot-Paris 7, en partenariat avec l’Inrap – Centre Ile-de-France. Olivier Royer-Perez, archéologue, a encadré les séances de travail entre septembre 2017 et avril 2018.

L'Administration pénitentiaire et ses partenaires s'efforcent d'entretenir le lien des personnes détenues avec le monde extérieur, voire le renforcer. L'accès à la culture des personnes détenues fait partie des missions de prévention de la récidive et de réinsertion confiées à l’administration pénitentiaire au sens où l’art et la culture incitent à l’ouverture à soi-même et aux autres, créent des espaces de dialogue et enseignent à douter tout en donnant des clefs de compréhension du monde. Chaque année, partout en France, les services pénitentiaires d’insertion et de probation organisent de nombreux projets investissant une grande diversité de champs artistiques dans l’ensemble des établissements pénitentiaires, avec le concours de partenaires, qu’il s’agisse d’institutions culturelles, d’artistes ou d’associations. Tous contribuent à signifier aux personnes détenues que l’art les concerne, que les lieux de culture leur sont ouverts.