La collection des restes paléoanthropologiques du Muséum est célèbre pour ses fossiles originaux du Paléolithique européen, dont les hommes de Cro-Magnon et plusieurs hommes de Néandertal découverts en France.


Présentation
La collection abrite plus de 600 éléments de restes humains fossiles originaux, de provenance et d’époque diverses.
Il s’agit notamment :

  • de Néandertaliens célèbres : La Chapelle-aux-Saints (Corrèze), La Ferrassie (Dordogne), La Quina (Charente), Malarnaud (Ariège), l’enfant du Pech de l’Azé (Dordogne) ;
  • d’hommes du Paléolithique moyen : Fontéchevade (Charente), Montmaurin (Haute-Garonne) ;
  • d’hommes du Paléolithique supérieur : abri Cro-Magnon, abri Pataud, Laugerie-Basse, La Madeleine, squelette complet de Menton ;
  • d’hommes fossiles d’Extrême-Orient (Tam Hang, Laos…).

À cela s’ajoute une très importante collection de squelettes néolithiques provenant de divers sites français (Abbeville, Almières, Les Baumes-Chaudes, L’Homme Mort, Les Mureaux, la vallée du Petit Morin, Pinterville, Port-Blanc, Sauveterre, Vendrest, etc.), et de sites asiatiques (Som Ron Sen au Cambodge, Cau Giat, Lang Cuom, Pho Binh Gia au Vietnam…).
Citons encore quelques pièces historiques qui ont fait l’objet de controverses scientifiques avant d’être considérées comme récentes : La Biscordine, Clichy, Grenelle, Moulin-Quignon, etc.
Il faut y ajouter un millier de moulages d’ossements fossiles, qui servent aux recherches comparatives et à l’enseignement de la paléontologie humaine.

Historique 
La notion d’homme fossile ne s’impose que difficilement après 1830. À la suite de nombreuses polémiques et surtout après la publication en 1859 du premier ouvrage de Darwin et des travaux de Boucher de Perthes (1788-1868) qui fondent l’anthropologie préhistorique, les recherches connaissent un très grand essor et entraînent la collecte de nombreux vestiges, tant osseux que lithiques et céramiques. En 1868, la découverte fortuite des squelettes de Cro-Magnon révèle que des hommes anatomiquement modernes cohabitaient avec des espèces disparues, comme les mammouths, il y a presque 30 000 ans. Quarante ans plus tard, le premier squelette relativement complet de Néandertalien est exhumé dans la petite grotte de la Chapelle-aux-Saints en Corrèze ; les préhistoriens établissent qu’il a été déposé dans une sépulture, ce qui crée un choc compte-tenu de l’aspect considéré à l’époque comme primitif du squelette ; son ancienneté est d’environ 60 000 ans. Quelques mois plus tard, plusieurs tombes de Néandertaliens sont découvertes dans le site de la Ferrassie, en Dordogne et rejoignent à leur tour les collections du Muséum.

Activités
La collection de fossiles est le support de recherches et d’études très actives en anthropologie, elle attire chaque mois des chercheurs du monde entier. Des techniques de pointe, comme l’imagerie scanner ou la biologie moléculaire qui permet de retrouver de l’ADN très ancien, sont appliquées à ces ossements qui ont marqué l’histoire de la paléontologie humaine.


BASES DE DONNÉES DE COLLECTIONS