Dans le cadre du colloque international organisé par l’UNESCO et le Muséum national d’Histoire naturelle « Temps d’incertitude et Résilience : les Peuples Autochtones face aux Changements Climatiques » à l’occasion de la COP21 et de la réouverture du Musée de l’Homme, le Muséum a organisé une conférence publique le 25 novembre 2015 dans l’auditorium Jean Rouch du Musée de l’Homme.


Les peuples autochtones face aux changements climatiques - 25 novembre 2015 - Musée de l'Homme

L’objectif de cette rencontre était de mettre en valeur l’expérience des peuples autochtones, leurs stratégies de réponse et leurs attentes face aux changements climatiques. Elle a réunit autour de tables rondes des représentants/leaders autochtones, des chercheurs, des ONG, des représentants des Outre-mers français… afin de sensibiliser le public aux problématiques vécues par les communautés locales dans la lutte contre les changements climatiques.

Basé sur les témoignages et les expériences concrètes des différents invités, ce temps d’échange a été l’occasion de présenter les actions menées sur le terrain par et/ou avec les peuples autochtones, de mettre en valeur leurs expériences dans l’observation, la compréhension et l’adaptation aux impacts des changements climatiques, mais aussi de permettre un échange riche et constructif entre le public et les experts autochtones et non autochtones présents.


Participants

Benki Piyâko Ashaninka

Benki Piyâko Ashaninka
Leader politique et spirituel du peuple Ashaninka
Brésil

Il est un leader politique et spirituel du peuple Ashaninka, basé dans l’Acre, en Amazonie Brésilienne. Benki participe activement aux projets des peuples indigènes alliant les axes politique, écologique, culturel et spirituel. En développant des centres pédagogiques pour l’éducation des populations environnantes, il œuvre notamment à la défense de leurs territoires, à la préservation des écosystèmes et à la restitution des savoirs traditionnels. Prix national brésilien pour la défense des droits de l’homme, Benki a renforcé la capacité du peuple Ashaninka à défendre son territoire et à restaurer son écosystème en effectuant un retour aux savoirs traditionnels. Fort de cette expérience, Benki a mis en œuvre dans l’État de l’Acre un nouveau modèle de gestion des terres, aujourd’hui reconnu au niveau gouvernemental, qui responsabilise les populations traditionnelles indigènes et non indigènes au Brésil et au Pérou.

 

Mundiya Kepanga

Mundiya Kepanga
Leader de la communauté de Kobe Tumbiali
Papouasie-Nouvelle-Guinée

Leader de la communauté de Kobe Tumbiali, Mundiya Kepanga est un chef respecté de la tribu des Huli en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Vivant au cœur de l’une des forêts primaires du globe, il y mène une vie traditionnelle dans la région de Tari. Depuis 2003, il a effectué plusieurs voyages en Europe au cours desquels il a donné des centaines de conférences à l'invitation de musées, de chercheurs ou d’établissements scolaires. Il nous invite à réfléchir sur le regard que nous portons sur les peuples autochtones et sur nous-mêmes. Parmi ses actions en faveur du dialogue entre les cultures, il a notamment fait don de ses parures au Muséum d’Histoire Naturelle de Rouen. Mettant également en œuvre des projets concrets de sauvegarde de la planète, il est à l’origine de programmes d’écodéveloppement comme la création d’une chambre d’hôte, ressource essentielle pour tout son village. Aujourd’hui, il est une voix des peuples autochtones et un observateur du monde qu'il commente de façon très personnelle.

 

Mina Setra

Mina Setra
Secrétaire Générale Adjointe de l'Alliance des peuples autochtones des archipels indonésiens
Indonésie

Mina Setra est Secrétaire Générale Adjointe de l'Alliance des peuples autochtones des archipels indonésiens (AMAN) qui représente près de 15 millions d’individus venant de 2230 communautés autochtones à travers l’Indonésie. Elle est Dayak Pompakng du Kalimantan Ouest, en Indonésie. Elle travaille avec AMAN depuis la création de la structure en 1999. Principalement en matière de politique et de plaidoyer international. Auparavant, Mina était Secrétaire générale adjointe en charge du plaidoyer politique et juridique. Mina a alors travaillé sur la garantie des droits des peuples autochtones dans la mise en œuvre du programme REDD en Indonésie. Elle a également supervisé la présentation de la Loi sur les forêts à la cour constitutionnelle indonésienne. Cette loi a entériné une décision historique : les forêts coutumières indonésiennes n'appartiennent plus à l’État.

 

Pascal Erhel Hatuuku

Pascal Erhel Hatuuku
Conseiller technique auprès des gouvernements Tourisme-Nature-Culture
Polynésie - Les Marquises

Deux noms qui marquent son appartenance à une double culture. En effet, Pascal, enfant du Fenua, a ce pouvoir de comparaison qu'ont les personnes ayant vécu sous différentes latitudes. Ses multiples pérégrinations l'ont amené à son retour en Polynésie, il y a presque vingt ans, à réapprendre son pays de naissance. De sa langue d'origine à la culture marquisienne, il devient le secrétaire général de la fédération culturelle Motu Haka en 1999 et est membre actif d'associations et ONGs polynésiennes à caractère patrimonial (culture-nature). Il crée OATEA en 2001, société en ingénierie-conseil en Tourisme, Environnement et Art & Culture. De la création de centre culturel à la réalisation de sentier de randonnée, de guide-conférencier à la formation professionnelle, autodidacte et touche à tout, Pascal Erhel Hatuuku devient conseiller technique auprès des gouvernements sur les thématiques qui lui sont chères : Tourisme-Nature-Culture. Il manquait un Chef de Projet "Marquises-Unesco", Pascal vient pallier idéalement cette gageure.

 

George Nuku

George Nuku
Artiste
Nouvelle-Zélande

“My name is George Tamihana Nuku. I come from the Heretaunga Plains on the eastern side of Te Ika aa Maui, the north island of Aotearoa/New Zealand. The name of my people are the Ngati Kahungunu, I also trace my descent through the Ngati Tuwharetoa, Scottish & German peoples. My works range from delicate jade, bone & pearl shell earrings & amulets, through to life size sculptures in stone & plexiglass and monumental multi-storey high installations in polystyrene depicting Maori demigods & polynesian cultural heroes. I carry a thousand year old art tradition that promises to expand life & enhance survival. My works are to be found in several institutions and communities both locally in NZ and globally. I am also collected privately by both the rich & poor alike. I bring to COP21 both the legacy of my ancestors and my personal accumulation of experience to date in the service of culture. This also reinforces the belief that to serve is to lead - in this capacity I am considered a leader to certain groups & communities. I am 51 years old”