Fiche d'identité

Informations détaillées

Numéro d'inventaire
MNHN-HA-19220
Dimensions
Haut : 14 cm - Long : 16 cm - Larg/prof. : 18,05 cm
Matériaux
Os
Origine
France

Crâne de Descartes

René Descartes (1596 - 1650) a été inhumé à Stockholm, où il avait été invité par la reine Christine. Lors de l'exhumation de ses restes en 1667 en vue de leur transfert à l'église Saint-Germain des Prés – où ils ne seront ré-inhumés qu'en 1819 –, on s'aperçut que le crâne manquait. Après maintes tribulations de collectionneur en collectionneur, il fut repéré lors d'une vente aux enchères et remis en 1861 par le chimiste Jöns Jacob Berzelius à Georges Cuvier. Une inscription sur le crâne montre qu'il avait été dérobé par le capitaine des gardes qui présidait à l'exhumation.

La pensée de Descartes peut être abordée comme point d’orgue de la vision occidentale de la nature au XVIIe siècle. Ce siècle est en effet celui du renouveau des sciences de la nature : la vision scientifique prend le pas sur les visions théologiques ou artistiques. C’est le triomphe du mécanisme : la nature d’une chose n’est pas sa finalité, mais sa structure ; elle est mesurable. Descartes conçoit la nature toute entière comme une machine et propose des explications mécanistes des propriétés de la matière comme des actions des animaux voire même des passions humaines. Seuls Dieu et l’âme humaine, radicalement distincte des corps, inétendue et libre, font exception au mécanisme.

Ainsi s’établit l’opposition entre l’Homme et le monde du vivant : l’Homme comme sujet connaissant et la nature comme objet à connaître. Ce faisant, il présente une vision de la nature comme grande machine automate dont il n’est intéressant de connaître le fonctionnement que dans le sens de son utilité pour l’Homme, de sa maîtrise et sa possession. Cette figure de l’Homme-dieu moderne persiste depuis 3 siècles.

Crâne du philosophe René Descartes (1596-1650) © MNHN - JC-Domenech
Crâne du philosophe René Descartes (1596-1650) © MNHN - JC-Domenech