L’exposition Natures Vivantes nous fait parcourir la planète à travers quinze terrains de chercheurs, quinze régions du monde situées pour certaines à plus de 10 000 kilomètres de notre quotidien. Pour analyser l’état des relations de l’Homme à son environnement, les scientifiques ont demandé aux enfants de dessiner leur nature. Qu’ils soient Inuit, Punan, Berbères ou Moken, ces enfants offrent leur vision du monde et nous font découvrir leurs sociétés.


28 novembre 2007 - 29 avril 2008

Affiche exposition Natures Vivantes © MNHN, par MNHN

Natures vivantes...

Si les natures du monde sont vivantes, c'est grâce à la transmission du patrimoine culturel de génération en génération et par le contact entre les sociétés. Cette transmission concerne non seulement les connaissances, mais aussi les savoir-faire, la vision d'un monde habité d'êtres surnaturels, les mythes expliquant l'origine du vivant, les récits qui transmettent les valeurs morales de la société. Dessine-moi ta nature : c'est la proposition que les chercheurs ont faite aux enfants des forêts d'Amazonie ou d'Indonésie, à ceux qui vivent dans les steppes du Kirghizstan, au milieu des sables du Sahara dans l'oasis de Siwa, parmi les oliviers chez les Kurdes de Syrie, au sein des étendues glacées du Groenland ou de la Sibérie, dans les îles de Madagascar, de la Réunion ou de Mayotte voire aussi aux jeunes habitants de la cité française de Pont-d'Ain.

... Regards d'enfants

Dans l'exposition Natures Vivantes, la vérité sort du pinceau des enfants. Leurs réponses, par le dessin, constituent un vaste panorama de la diversité des paysages planétaires et des savoirs naturalistes. Ils montrent une nature parfois peuplée de génies et d'animaux sauvages, parfois domestiquée, parfois riche en espèces animales et végétales ou entièrement investie par l'Homme. Ils s'inspirent de la vie quotidienne mais aussi de récits de chasse ou de pêche, de mythes racontés par l'ancêtre ou le chaman. On y découvre parfois une grande proximité avec la nature, transmise par les aînés, qui se révèle dans les détails d'une technique de pêche ou dans la représentation précise de certains animaux. Chaque dessin renvoie à une appartenance sociale, culturelle et linguistique. À travers ces dessins apparaît la grande diversité des relations de l'Homme à sa nature et son importance pour le fondement de l'identité culturelle. Comment faire cohabiter nature et culture, modernité et tradition, impératifs à court et long terme, identité et mondialisation ? Les dessins d’enfants sont de formidables miroirs de ces enjeux. L'exposition exprime aussi une mise en garde pour l'avenir. Lorsque la nature s'altère trop rapidement, savoirs, pratiques et représentations risquent de disparaître faute de transmission, et la santé de l'Homme de subir des préjudices.

Au gré de son parcours, le visiteur se prend au jeu de retrouver les indices d'une nature vivante et les modalités de sa transmission.