Dans le cadre de Djazaïr, une année de l'Algérie, le Musée de l'Homme présente l'art des civilisations disparues du Tassili.


21 mai 2003 - 5 janvier 2004

Affiche exposition Tassili d'Algérie © MNHN, par MNHN

La région du Tassili fut découverte au XIXe siècle par les explorateurs européens. D'une superficie de quelque 350 000 km2, le Tassili est le territoire traditionnel des Touareg Ajjer ou Touareg de l'Ouest. C'est grâce à l'un d'eux, le guide Jebrine ag Mohamed, que sont révélées en 1958 au public européen les fresques du plateau par Henri Lhote, chercheur au Musée de l'Homme. Les reproductions des peintures ont été réalisées en 1956 et 1957 par Henri Lhote et son équipe, composée de peintres et d'un photographe.

Le Musée de l'Homme conserve plus d'un millier de ces relevés ; ils ont aujourd'hui une valeur scientifique et historique inestimable. Parfois, ils restent les seuls témoins de peintures que l'altération des roches a fait disparaître. On trouve les traces des anciennes populations avec ces œuvres d'art exécutées du VIIe ou VIIIe millénaire avant notre ère, durant le Néolithique, à "l'âge d'or" de la Préhistoire, jusqu'au début de l'Histoire.

Plongé dans l'ambiance du Tassili avant le désert, le visiteur découvre les œuvres des derniers peuplements préhistoriques dans la région. Une ère révolue se dévoile, les peintures rupestres en témoignent. Sous un climat tropical, favorable aux animaux sauvages et aux animaux domestiques, vivaient des populations denses. Hippopotames, girafes, éléphants, autruches, mouflons, bœufs, vaches, hommes et femmes, êtres "étranges" : le visiteur aborde un monde disparu avec la désertification. La présentation d'objets archéologiques en regard des illustrations fantastiques et des scènes de la vie quotidienne, entraîne le voyageur-visiteur entre mythes et réalités, du Sahara actuel au Sahara du temps de la savane tropicale.