Inauguré en 1882, le Musée d’Ethnographie du Trocadéro était destiné à présenter « l’histoire des mœurs et des coutumes des peuples de tous les âges ». S’il rencontra la curiosité du public à ses débuts, il tomba rapidement en désuétude jusqu’à l’arrivée de Paul Rivet en 1928.


1882-1928 : La « première vie » du Musée d’Ethnographie du Trocadéro

Le Musée d’Ethnographie du Trocadéro conservait ce qui était en train de « disparaître », soit du fait de la colonisation, soit du fait de l’évolution des sociétés. La présentation valorisait tant les types physiques que les productions culturelles et rejoignait en cela l’anthropologie développée par Armand de Quatrefages au Muséum national d’Histoire naturelle. La muséographie du Musée d’Ethnographie du Trocadéro reposait sur les conceptions évolutionnistes et ethnocentriques de son époque. Elle était marquée par les reconstitutions "grandeur nature" qui traduisaient la nécessité de faire revivre la civilisation pour comprendre l’objet issu de celle-ci.

Le Musée d’Ethnographie du Trocadéro était animé par le médecin Ernest-Théodore Hamy puis l’anthropologue René Verneau, mais manquait cruellement de moyens. Au début du XXe siècle, si le Musée attira un temps les artistes qui y trouvaient une source d’inspiration, le public déserta peu à peu les lieux. Avec le manque de moyens, l'afflux abondant de nouveaux objets depuis les colonies, le musée finit par ressembler au cabinet de curiosités qu’il n'était pas.

1928-1936 : la « deuxième vie » du Musée d’Ethnographie du Trocadéro

En 1928, l'anthropologue et américaniste Paul Rivet accéda à la direction du Musée. Il en obtint le rattachement à la chaire d'anthropologie du Muséum national d'Histoire naturelle qu’il occupait alors et qu’il rebaptisa chaire d’ethnologie des hommes actuels et des hommes fossiles. Ce glissement de l’anthropologie à l’ethnologie marqua la naissance institutionnelle de celle-ci, au carrefour du "tout physique" de l'anthropologie et "tout social" de la sociologie.

Rivet imagina alors une institution pluridisciplinaire regroupant en un même lieu un enseignement universitaire, un musée, un laboratoire de recherche et une bibliothèque : c'est le "musée-laboratoire", qui ne verra réellement le jour qu'avec la création du Musée de l’Homme.