Back to top
Le mur des langues dans la Galerie de l'Homme © MNHN - J-C Domenech
Le mur des langues dans la Galerie de l'Homme © MNHN - J-C Domenech

Un récit de l’aventure humaine

La Galerie de l’Homme est le cœur du Musée de l’Homme. Elle raconte l’odyssée humaine au travers d’un parcours rythmé en 3 temps : qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ?

Qui sommes-nous ?

Qu’est-ce qu’un être humain ? Qu’est-ce qui nous différencie des autres espèces ? Notre corps ? Notre génome ? Notre imagination ? Notre empathie ? Comment l’Homme s’est-il appréhendé, étudié, mesuré, représenté ?
Pour répondre à ces questions, la première partie du parcours explore les multiples facettes de notre identité à partir de critères potentiels de définition de l’Homme : Un être de chair ? Un être de pensée ? Un être de liens ? Un être de parole ?

Vous partez à la découverte de vous-même :

  • À vous interroger sur votre nature en tant qu’humain appartenant à la même famille des Homo sapiens et en tant qu’individu singulier.
  • À vous comparer avec d’autres espèces avec lesquelles nous partageons des aptitudes non exclusives : car nous ne sommes pas les seuls bipèdes, ni la seule espèce capable de transmettre des acquis à nos semblables, nous ne sommes pas les seuls à communiquer… mais nous sommes les seuls à mettre le monde en mots, à avoir conscience du temps et de la mort.
  • À appréhender l’unité de l’humanité et la diversité des cultures, des sociétés et des êtres qui la composent. À partir des mêmes fonctions cognitives, les êtres humains ont construit des représentations différentes du monde, ont inventé des modes d’organisations sociales, des cosmogonies, des langages…

La muséographie

Elle s’ouvre sur l’exploration de notre corps et se termine par un spectaculaire dispositif « Des êtres pluriels » : structure porteuse d’une série de bustes du XIXe siècle qui témoigne du regard porté, à un moment donné de l’histoire des sciences, sur la diversité humaine.

  • 3 grandes vitrines murales offrent des panoramas spectaculaires. Elles rassemblent près d’une centaine d’objets autour des thèmes suivants : « Le corps entre nature et culture » (ce qui fait un corps humain) ; « 1001 façons de penser le monde » et les liens entre nous et les autres « existants » (plantes, animaux, esprits…) ; « Moi, nous, les autres : identités multiples et emboîtées » (genre, groupe, religion…).
  • 10 de nos organes illustrent la fabrique morphologique du corps humain.
  • 20 vrais cerveaux d’animaux (lézard, éléphant, langoustine…) et un d’Homme, présentés dans des bocaux et disposés dans une vitrine interactive, permettent d’appréhender, par des animations, les similitudes et les différences de capacités cognitives.
  • 35 cires anatomiques, 79 bustes de plâtre, 15 bustes en bronze, illustrent la diversité humaine et témoignent de l’évolution des représentations, scientifiques et artistiques, liées à la connaissance de l’Homme, depuis le XVIIe siècle.
  • 1 langue en résine offre un espace sonore singulier pour découvrir la diversité des chants et des musiques du monde.
  • 30 langages différents (parmi les 7 000 parlés par 7 milliards d’humains) sont à écouter, devant un grand planisphère mural.
Envolée de bustes, les bronzes de Cordier © Jean-Christophe Domenech - MNHN
Galerie de l'Homme : les cires anatomiques © MNHN - J-C Domenech

D’où venons-nous ?

Qui sont les premiers représentants de la lignée humaine ? Combien étaient-ils ? Comment vivaient-ils ? Pourquoi certaines espèces ont-elles disparu ? Néandertal et Homo sapiens se sont-ils rencontrés ? En quoi nos ancêtres se distinguent-ils de nous ? Qu’est-ce que la révolution néolithique ?

Vous êtes invité à entrer dans le temps long…

  • À faire connaissance avec nos lointains ancêtres et à mesurer l’impact des premières découvertes de fossiles humains au XIXe siècle qu’accompagne la naissance de nouvelles disciplines : la préhistoire et la paléoanthropologie.
  • À changer de regard, à vous débarrasser de tout a priori sur l’Homme préhistorique ou les espèces de la lignée humaine les plus anciennes pour mieux apprécier ses capacités d’innovations, technologiques et culturelles, toujours renouvelées et à découvrir les parts de « modernité » de la lignée Homo, même aux temps les plus anciens.
  • À suivre les grandes migrations des hominidés qui partent vers l’Eurasie et l’Ouest européen à partir de notre berceau d’origine, l’Afrique.
  • À comprendre le basculement progressif de l’humanité, à partir de - 10 000 ans, vers une économie de production. Auparavant essentiellement chasseurs, cueilleurs et pêcheurs, certaines communautés vont se sédentariser et produire leur alimentation : de nombreuses espèces animales et végétales vont être domestiquées ; des outils adaptés à ces nouveaux besoins vont apparaître et se diversifier de plus en plus.

La muséographie

Elle se déploie sur 3 niveaux qui permettent d’articuler le propos : la présentation des différentes espèces humaines se déploie au niveau 1 et se conclut par la valorisation des spécimens originaux dans « L’abri des ancêtres ».

La mezzanine offre une expérience plus contemplative, avec notamment « La salle des trésors » où sont exposées des pièces phares illustrant les productions symboliques et artistiques de l’Homme de Cro-Magnon, au Paléolithique supérieur. Vous retrouvez Homo sapiens au niveau 2, au Néolithique, à l’aube de la première mondialisation.

  • 4 grands plateaux blancs rythment la temporalité du parcours. Les représentants de la lignée humaine sont scénarisés debout sur ces esplanades : les moulages des crânes sont montés sur des supports métalliques et leurs silhouettes reproduites au sol, telles des ombres, traitées comme des reliefs topographiques.
  • 1 site de fouille reconstitué (Barogali à Djibouti) datant de - 1,6 à - 1,3 million d’années, dévoile le comportement social d’un petit groupe d’Homo ergaster africains et le travail des scientifiques pour faire parler les restes fragmentaires de ce foyer de dépeçage de viande d’éléphant et de débitage d’outils.
  • 2 salles abritent les fossiles humains originaux et d’exemplaires productions artistiques et symboliques.
  • 1 immense vitrine (12 m de long) reconstitue l’environnement européen au Paléolithique et présente des dizaines d’animaux naturalisés dont de magnifiques spécimens de renne, de cheval et un crâne d’ours des cavernes.
  • 3 grandes vitrines thématiques réunissent plusieurs centaines d’objets, témoignant des nouvelles relations à l’environnement qui se mettent en place à partir de - 10 000 ans : le processus de domestication dans ses aspects techniques et culturels, la transformation des minerais, de l’argile et la vie culturelle et symbolique qui se construit progressivement autour et avec les plantes et animaux domestiqués.
  • 1 vitrine alcôve vous prépare à aborder notre monde actuel, illustrant par des objets les rapports au sein des sociétés, l’apparition de nouveaux pouvoirs temporel et spirituel, la transformation de l’habitat et les relations conflictuelles et commerciales entre les communautés. Les modifications morphologiques des Hommes ainsi que l’apparition de nouvelles maladies sont également présentées, montrant comment des modifications culturelles changent les corps.
Vitrine thématique dans la Galerie de l'homme © MNHN - J-C Domenech
Vitrine thématique dans la Galerie de l'homme © MNHN - J-C Domenech
La Galerie de l'Homme

Où allons-nous ?

Comment s’est construit le monde globalisé d’aujourd’hui ? Allons-nous tous vivre de la même façon ? La mondialisation re-fabrique-t-elle des différences ? Avec 7 milliards d’habitants, comment faire face aux défis d’une planète aux ressources finies ? Est-ce que nous continuons d’évoluer ?

Le dernier temps du parcours vous amène à embrasser le visage actuel du monde

  • À vous interroger sur la notion de progrès.
  • À mesurer l’impact de l’Homme sur la planète et son accélération depuis 60 ans. L’Homme a toujours modifié son environnement mais jamais à ce rythme.
  • À découvrir les aspects et les effets de la globalisation.
  • À comprendre comment, dans un monde multipolaire, connecté, certains éléments de la diversité culturelle résistent et se réinventent.
  • À vous projeter dans le futur et à s’interroger sur la manière dont nos corps d’anciens « chasseurs-cueilleurs » réagissent à ces nouveaux environnements, pour lesquels ils ne sont pas adaptés à 100 %, et comment ils continuent de se transformer.
  • À vous questionner sur les enjeux éthiques et les enjeux de sociétés qui conditionnent l’avenir de l’humanité et représentent autant de défis face auxquels chaque citoyen a un rôle à jouer.

La muséographie plus conceptuelle

Les messages sont portés par des films, des dispositifs d’exploration mais également par des objets issus de la collection d’anthropologie culturelle, constituée par les collectes récentes des chercheurs.

  • 1 dispositif multi-écrans retrace en quatre étapes la mondialisation : du Néolithique à 1492 (des mondes séparés), de 1492 à 1850 (l’unification de ces mondes par l’Europe), de 1850 à 1950 (un monde industriel et européen) et depuis 1950 (l’accélération : un monde bipolaire, puis multipolaire).
  • 1 yourte, une partie mongole et une française, illustre la manière dont les habitations traditionnelles, se modernisent ou se réinventent.
  • 1 cyclo de 9 mètres de diamètre, doté de 3 dispositifs (1 écran circulaire de 360°, 1 vitrine « modes de vie » et un dispositif interactif) décline l’impact humain sur la planète à la fois par des données globales sur l’épuisement des ressources et par des exemples concrets de différents modes de vie.
  • 1 table en forme de demi-grain de riz creux, présente l’histoire de la diffusion du riz et les différentes façons de le préparer selon les civilisations. Mode de cuisson, récipients et odeurs témoignent de la diversité des modes alimentaires.
Galerie de l'Homme : une planète aux ressources limitées. © MNHN - J-C Domenech
Galerie de l'Homme © MNHN - J-C Domenech