Crédits


Les êtres vivants sont-ils programmés à se reproduire ?

Jeremy
31 ans
PARIS
RETOUR AUX QUESTIONS
Musée de l'hommme
Priscille Touraille, socio-anthropologue au Musée de l’Homme

Le programme des sociétés humaines actuelles ressemble plus à une course démographique par obligation de chacun à se reproduire, qu’à une rébellion contre l’idée que procréer soit un bien inaliénable.

 

 

« "La nature" est une vaste machinerie de reproduction aveugle » dit le théoricien de l’évolution Richard Dawkins. Dans le monde vivant, les individus sont les instruments de la somme des gènes qui favorisent leur propre réplication. Des gènes qu’il a qualifiés d’ "égoïstes".

 

« Nous, c’est-à-dire nos cerveaux, sommes suffisamment séparés et indépendants de nos gènes pour nous rebeller contre eux. […] Nous sommes les seuls sur Terre à pouvoir nous rebeller contre les gènes égoïstes » dit Dawkins. En effet, la conscience du lien entre sexualité et reproduction que les humains ont développé est une réalisation absolument extraordinaire qui seule permet de contrecarrer la course suicidaire à la reproduction que mènent, en théorie, toutes les espèces (dès lors où elles ne sont pas limitées par des prédateurs ou les ressources).

 

Les humains, s’ils savent pratiquer la sexualité pour le seul plaisir, sont aussi les seuls sur Terre à pratiquer le coït dans le but d’avoir des enfants. L’espèce a, on le sait, atteint les 7 milliards. Qui nous arrête ? Le programme des sociétés humaines actuelles ressemble plus à une course démographique par obligation de chacun à se reproduire, qu’à une rébellion contre l’idée que procréer soit un bien inaliénable ! Nous sommes donc, culturellement, une espèce qui singe consciemment ce que fait la Nature, avec toutes les conséquences de cet aveuglement égoïste. 

 

                                                                                                                                                                       Propos recueillis par Rémi Pin  

Partagez :