Crédits


Quelles sont les techniques utilisées pour prouver un métissage entre Homme moderne et Néandertal ?

culdaut
60 ans
reims
RETOUR AUX QUESTIONS
Musée de l'hommme
Céline Bon, paléogénéticienne au Musée de l’Homme

Homo sapiens et Néandertal se sont métissés en Europe il y a quelques dizaines de milliers d’années. Si les observations anatomiques le laissaient penser, les techniques de séquençage du génome l’ont ensuite garanti. 

 

 

Avant que ne soient mises au point les techniques de séquençage du génome, les paléoanthropologues avaient suggéré en comparant des crânes d’hommes, que Néandertal et Homo sapiens avaient pu se métisser. Une mâchoire retrouvée dans une grotte en Roumanie notamment montrait à la fois des caractères spécifiques de l’Homme moderne et de Néandertal. Mais ces découvertes ne faisaient pas l’unanimité, et ne permettaient pas avec certitude de conclure à l’existence de métis entre ces deux espèces d’hommes.

 

C’est grâce aux techniques d’analyse du matériel génétique que les preuves de métissage sont devenues irréfutables. La première séquence complète du génome de l’Homme moderne, Homo sapiens, a été terminée en 2002. Il a fallu quelques années supplémentaires pour obtenir des données génomiques pour plusieurs Homo sapiens de populations différentes et c’est seulement en 2014 que le génome complet de l’Homme de Néandertal a été séquencé. S’il n’a pas été difficile de trouver des Hommes modernes à analyser, l’étude du génome de Néandertal n’a été rendue possible que grâce à la découverte d’ossements exceptionnellement bien préservés.

 

Comparer ces génomes a exigé de faire appel à des techniques de séquençage génétique de dernière génération et des tests statistiques de génétique de population ont été développés spécifiquement pour étudier cette question. Les généticiens en ont conclu qu’on retrouve dans le génome d’un européen, d’un asiatique, d’un mélanésien ou d’un amérindien des portions d’ADN  (de 1,5-2% du génome) plus proches du génome de Néandertal que du génome d’un homme africain ; preuve qu’un métissage a bel et bien eu lieu entre Néandertal et les premiers Hommes modernes sortis d’Afrique. Il semblerait néanmoins que ces métissages soient restés assez rares.

 

                                                                     
                                                                                                                                                                              Propos recueillis par Rémi Pin

Partagez :