Crédits


Si l'homme moderne a des gènes néandertaliens, doit-on revoir l'appellation d'Homo sapiens ?

victoria
22 ans
Rouen
RETOUR AUX QUESTIONS
Musée de l'hommme
antoine Balzeau, paléoanthropologue au Musée de l’Homme

L’Homo sapiens actuel non africain possède effectivement des gènes d’Homme de Neandertal, preuve d’un métissage ancien des deux espèces. Mais beaucoup d’autres métissages ont eu lieu. 

 

 

Une espèce est définie comme un ensemble d’individus interféconds qui vont se reproduire. Mais il y a beaucoup de groupes d’animaux interféconds, alors qu’ils ne sont pas de la même espèce. Chien, loup et chacal par exemple. Idem parmi les primates dont les homininés, parfois interféconds alors qu’ils n’étaient pas de la même espèce. C’est le cas de l’Homme de Neandertal et d’Homo sapiens, différenciés dans la classification des sciences naturelles, pour des critères anatomiques.

 

Néandertal et sapiens ont un ancêtre commun récent, de l’ordre de quelques centaines de milliers d’années, et sont très proches génétiquement. Lorsque les deux espèces se sont rencontrées, des rapprochements ont lieu.

Toutes les populations actuelles, à l’exception de celles originaires d’Afrique, portent donc une petite fraction du génome de l’Homme de Néandertal qui varie de 1,5% à 2%. Mais si l’on retient plus particulièrement celui-ci parce qu’il est récent, l’Homme moderne est le fruit des métissages qui se sont produits avec d’autres lignées humaines avec lesquelles il coexistait, souvent encore inconnues des scientifiques.

 

Il y a certes du Néandertal en nous, mais c’est avant tout nos caractéristiques d’Homo sapiens, vieilles de 200 000 ans qui prédominent très largement et qui nous rendent à la fois tous différents et tous identiques.

 

                                                                                                                                                                   Propos recueillis par Rémi Pin

Partagez :