Une parure du chef papou Mundiya Kepanga

Exposition

picto_accessibilite.png

Dans le cadre de la saison "Empreintes" l'exposition d'une parure du chef papou Mundiya Kepanga


Un an après sa prise de parole lors du colloque international « Temps d’incertitude et Résilience : les Peuples Autochtones face aux Changements Climatiques », organisé durant la COP21 par l’UNESCO et le Muséum national d’Histoire naturelle, le chef papou Mundiya Kepanga remet un ensemble de parure traditionnelle nommé Yari, témoin des relations de la société Huli avec son environnement naturel.  Ce geste symbolise la volonté de cette communauté autochtone de Papouasie-Nouvelle-Guinée de tisser des liens avec les sociétés occidentales - et avec le Musée de l’Homme en particulier. Elle sera exposée exceptionnellement dans la Galerie d’accueil du musée. 

En écho à l’acquisition de la parure du chef papou Mundiya Kepanga, projection en avant-première du film documentaire Frères des arbres, de Marc Dozier et Luc Marescot (Lato Sensu Productions), en présence Marc Dozier, et de Serge Bahuchet, Directeur de département Hommes, Natures, Sociétés (Muséum).

Le vendredi 2 décembre 2016 à 20h, Auditorium Jean Rouch, en entrée libre.

 


MUNDIYA KEPANGA, AMBASSADEUR DE SON PEUPLE

Leader de la communauté de Kobe Tumbiali, Mundiya Kepanga est un chef respecté de la tribu des Huli de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Son village est situé sur les hautes-terres de la région de Tari, au cœur de l’une des forêts primaires du globe. En 2001, il rencontre le reporter Marc Dozier qui consacre l’essentiel de ses activités à la Papouasie-Nouvelle-Guinée. De cette rencontre naît une amitié et au-delà, des publications et des documentaires - notamment la réalisation du film « L’Exploration inversée » qui retrace le voyage en France de Mundiya Kepanga et Polobi Palia.

Depuis 2003, il a effectué plusieurs voyages en Europe au cours desquels il a donné des centaines de conférences à l'invitation de musées, de chercheurs ou d’établissements scolaires. Présent à la COP21 au pavillon des peuples autochtones, Mundiya a alerté sur les conséquences des changements climatiques : sécheresse, apparition de nouveaux insectes compromettant la culture de la patate douce, principale ressource alimentaire. Mettant également en œuvre des projets concrets de sauvegarde, il est à l’origine de programmes d’écodéveloppement comme la création d’une chambre d’hôte. Ambassadeur de sa tribu, il est également un observateur du  « peuple blanc » dont il commente les coutumes de façon très personnelle, sans oublier d’en informer sa communauté par cartes postales. 

Événements à venir « Une parure du chef papou Mundiya Kepanga »

Événements passés « Une parure du chef papou Mundiya Kepanga »