Multimédia

Réchauffement climatique, mondialisation : quels impacts en milieu polaire ?

2 décembre 2022

Fonte des glaces, disparition de la banquise, effets sur la biodiversité et les populations… Guillaume Massé, chercheur au Muséum, nous en parle dans cet épisode du podcast “Pour que nature vive”.

Un milieu polaire durement impacté 

Selon les zones de la planète, la hausse des températures est plus ou moins forte. Mais les pôles doivent faire face au phénomène d’amplification polaire : la chaleur arrivant vers ces zones extrêmes est plus importante qu’ailleurs sur le globe. Cela a des répercussions considérables sur la biodiversité. 

Par exemple, dans la péninsule antarctique, il s'est mis à pleuvoir ces dernières années. Cela ne s’était jamais produit auparavant, et la pluie altère la résistance au froid des poussins des manchots. Une espèce qui est pourtant dotée d’une incroyable capacité d’adaptation. 

Photo d'un groupe de manchots sur la banquise

Photo de Manchots Adélie sur la banquise

© MNHN - E. Sultan

Les microalgues, qui se trouvent sous la banquise, se raréfient. Or, elles servent de nourriture au krill, un petit crustacé riche en oméga-3 qui sert d’aliment aux phoques, aux manchots ou encore aux baleines. 

Autre conséquence : la banquise se met à fondre. Peut-elle, à terme, disparaître totalement ? 

La banquise va-t-elle disparaître ? 

Il y aura toujours de la banquise en hiver. Mais la banquise pérenne, celle qui survit en été, se met à fondre à cette période de l’année. 

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, la fonte de la banquise n’augmente pas le niveau de l’océan. C’est la glace continentale, celle qui se trouve au Groenland et en Antarctique, qui présente un risque. 

Quelques notions clés

La banquise : cette étendue de glace qui se forme à la surface de l’eau est un parfait régulateur climatique. Sa blancheur lui permet de réfléchir la lumière solaire (cette capacité réfléchissante s’appelle l’albédo).

Le pergélisol (ou permafrost, en anglais) désigne le sol qui est gelé en permanence. Le dégel entraîne une dégradation des matières organiques et la production de méthane, un gaz à effet de serre plus puissant que le dioxyde de carbone, par certaines bactéries !

Les effets néfastes de la mondialisation

On ne transfère pas que de la chaleur dans les pôles ! 

Outre le réchauffement climatique, les Inuits se sont emparés de nos mauvaises habitudes alimentaires. Leur alimentation traditionnelle, riche en lipide, a un effet bénéfique sur leur santé. Désormais, ils se tournent vers les aliments ultra-transformés ce qui entraîne davantage de problèmes cardio-vasculaires. 

La pollution de l’air se retrouve aussi aux pôles. Elle se retrouve dans l’océan, sur la banquise etc. C’est ainsi qu’on peut détecter la présence de métaux lourds (plomb, mercure…) en milieu polaire.

Aller plus loin

© MNHN